Cultures ShanghaiNon classé

CultureS Shanghai

Shanghai se met en 8 (le 4 étant peu favorable, au contraire du 8 en Chine), pour toujours nous surprendre au détour de ses rues anciennes encore préservées ou sur les rives du Huangpu, par la réhabilitation d’un nouveau site industriel qui abrite une nouvelle exposition du SUSAS (Shanghai Urban Space Art Season).

« CultureS Shanghai », fait ce mois-ci la part belle à l’architecture…

Architecture/histoire

« Rong Zhai », la Maison Rong.

Jusqu’au 17 décembre 2017 ! Prada Rong Zhai,
jeudi au samedi : 10h-21h, dimanche, mardi, mercredi : 10h – 17h.
Adresse : 186, North Shaanxi Road, Jing’an District, Shanghai.

Entrée gratuite.

Réservation : via le We Chat de Prada (évite 1h de queue certains jours !) pradawechat.fortytwo.com.cn/Events/20170920/pc_cn.html

 

Nous le savons, le patrimoine architectural de Shanghai est aussi notre ticket de voyage vers son histoire. La « Prada Rong Zhai » en est un bel exemple. La maison de luxe italienne Prada, a financé le projet de restauration de la villa d’un fameux industriel chinois : Rong Zongjing (1873-1938).

De la province voisine du Jiangsu, son frère Rong Desheng (1875-1952) et lui sont venus chercher fortune à Shanghai… et ils la trouveront ! Ils deviendront les « Rois de la Farine et du Textile » et leurs usines, entrepôts, moulins sont encore visibles dans Shanghai (ex : ArtCN gallery). Leur renommée fut internationale et leurs contributions pour la Chine, s’élargirent à la santé, l’éducation, l’agriculture etc.

Rong Zongjing achète la villa en 1918, à un entrepreneur allemand. Il l’agrandit et la modifie avec l’architecte Chen Chunjiang. L’élite de l’époque qui s’y retrouve ainsi que sa famille, donnent vie à cette somptueuse villa blanche à colonnes et à son jardin.
Mais les années sombres de Shanghai arrivent : 1937, c’est l’occupation japonaise ! Il refuse de collaborer avec l’occupant et doit abandonner en 1938 la Chine pour Hong-Kong, où il meurt, le mois suivant.

Beaucoup plus tard en 2002, le magnat Rupert Murdoch (médias) louera la villa comme bureau de « Shanghai News Corporation ».

La « Rong Zhai » de 2000 m2 sur 3 étages, a une façade style Beaux-Arts, très tendance début du XXe siècle. Les intérieurs sont de styles éclectique et Art Déco, avec quelques références chinoises de son propriétaire, bien-sûr.

Le coût de la restauration, pour la Maison Prada est resté secret mais on parle de centaines de millions de yuans. Elle a nécessité 6 ans de restauration, dont 3 d’analyse et de recherches. Artisans chinois et italiens ont œuvré ensemble.
La restauration supervisée par l’architecte Robert Baciocchi, a respecté les techniques et matériaux de l’époque.
La Maison Prada l’ayant louée pour 10 ans, il lui reste donc 4 ans pour bénéficier enfin, de ce cadre exceptionnel, comme celui de la salle de bal au plafond de verre teinté de 45 m2, constitué de 69 panneaux multicolores, sa montée d’escalier lambrissée, la vaste chambre maritale du fils ainé où s’expose quelques pièces de la collection Printemps 2018 de Prada.

Au rdc une exposition retrace les étapes de la restauration avec maquettes, vidéo, matériaux d’époque. John Yung, arrière-petit-fils de Rong Zongjing est heureux de cette réalisation : « Je peux sentir la gloire passée de cette époque.

 

 

Trouverez-vous le coffre secret de Rong Zongjing découvert pendant la restauration ?…

 

 

Architecture et art contemporain

« This Connection » SUSAS (Shanghai Urban Space Art Season)

Jusqu’au 15 janvier 2018, SUSAS,
du mardi au dimanche 10h30 à 17h. Dernière entrée 16h30.
Entrée libre.
Adresse : 3, Minsheng Road ; métro : Ligne 6, st. Minsheng road.

 

En cette fin de saison 2017, le SUSAS (émanant de la municipalité de Shanghai) présente « This Connection » dans un ancien site de stockage de céréales. Sur ce qui était le port Minsheng, on trouve encore des entrepôts victoriens britanniques de briques rouges et leurs portes en fer, Art déco (1907 à 1925).  Port le plus avancé d’extrême Orient dans les années 20, il était en effet utilisé par la Blue Funnel Line, compagnie maritime britannique fondée en 1866.

Plus tard s’érigeront dans les années 70, ces silos de 40m de haut.  A l’intérieur de ses silos, cette exposition fête la fin de la 1ère des 3 phases de restauration du complexe et devient le plus important événement de design urbain, d’architecture et d’art public à Shanghai.
Ce port rénové recevra un centre culturel (Arts plastiques, musique, théâtre, cinéma), des restaurants et ateliers d’artistes.

Information : chinois, anglais. 5 niveaux accessibles et reliés par escalators ou ascenseurs :

F2 : Présentation de 30 réalisations en Chine d’architectes nationaux, illustrant la relation entre architecture, société, environnement. Lycée, musées (Long museum, Musée des fours impériaux de porcelaine etc.), écoles primaires (au toit/piste d’athlétisme), bibliothèque (sur la plage déserte de la Beidahe), ces réalisations sont visibles dans le Zhejiang, Hebei, Xinhai, Tibet.

F3 : Expo sur l’urbanisation de Barcelone et passage par corridor et escalators ajoutés en avant des silos comme un hommage au Centre Pompidou.

F6 : On arrive au sommet d’un silo où les traces de terre et de céréales sont encore visibles sur les parois intérieures. Expo photo de la réhabilitation des silos.
Pour atteindre F7, on monte une rampe à l’intérieur d’un autre silo.

F7 : Au sommet de la rampe, en contre-bas une installation représentant le caractère chinois, Bǎo (plein, rassasié), qui illustre son importance dans l’histoire des Chinois plus âgés…cet étage présente les transformations prochaines ou en cours de Shanghai et de Pudong en particulier. L’ampleur est impressionnante, la ville ne risque pas de voir disparaitre ses multiples grues de chantier !
Au programme, le Pudong Art Museum au pied des 4 tours emblématiques par Jean Nouvel, l’architecte français ou le Shanghai Museum East, en face du SHOAC etc. Les anciennes bouches d’entrée des silos sont utilisées comme support d’images. L’espace enfant se trouve près des ascenseurs vitrés qui vous redescendront de 40 m jusqu’au F1, par l’intérieur du silo.

 

F1 : Expo d’art contemporain, en fait le niveau le plus ludique pour petits et grands. On déambule au milieu d’installations adaptées à la topologie du lieu, de vidéo et de jeux interactifs.
On y fait le lien entre les différentes périodes de l’Histoire, les objets et l’espace. A noter celle qui présente tous les objets usuels anciens édités à l’effigie du Grand Pont de Nanjing (fermé en 2016) : vaisselle quotidienne, étui à cigarettes, vêtement ouvrier du chantier du pont, enveloppe, calendrier, thermomètre, tickets de rationnement (en usage de 1950 à 1980) etc. ou « Madame Butterfly » comme une ronde de l’évolution des robes chinoises en batik shanghaïen qui côtoie les grandes ailes d’une chauvesouris en soie et bambou, symbole fort de chance en Chine       (Fú : 蝠).

Après le 15 janvier, les silos refermeront leurs portes au public pour entamer la suite de sa transformation, pensée dès 2005.

Possibilité de poursuivre par une très belle promenade sur les rives du Huangpu en direction des 4 tours emblématiques de Shanghai ou par une « croisière » en ferry vers l’autre rive : Yangpu district, pour de nouvelles découvertes…

 

Dans le cadre de la programmation culturelle de nos amis Suisses…

Expo Joaillerie contemporaine

« Bijoux en jeu ».


Du 14 décembre 2017 au 4 mars 2018.
Du mardi au Dimanche, de 11h à 19h.
Power Station of Art
Adresse : 200 Huayuangang Rd. Huangpu District –
黄浦区花园港路200 号.
Tel: 3110 8550
Métro: Lignes 4 et 8 st. South Xizang Road. Entrée libre.
Info: www.powerstationofart.com.

 

 

 

Présentation thématique des collections de joaillerie mudac (Musée du Design et des Arts appliqués contemporains de Lausanne, ouvert en 2000).
Les thèmes : dire, orner, utiliser, façonner, faire. Ces bijoux contemporains sont présentés selon leurs fonctions, utilisations, formes, matériaux et techniques.

200 œuvres, 2 collections, celle de la Confédération suisse et celle du mudac, réalisées de 1980 à 2013, par 37 créateurs principalement suisses.
Les expositions du mudac sont reconnues comme audacieuse et incisive parfois.

Carole Guinard, curatrice dit « Un bijou n’est pas seulement un objet décoratif ou un accessoire inutile. C’est un champ d’exploration infinie qui permet aux créateurs de s’interroger sur sa signification, sa fonction et son usage. C’est un lieu d’expression d’opinion proche de l’art contemporain.  »

 

Expos toujours en cours :

« Miracle : The Bellini Family and the Renaissance » au Shanghai Himalayas Museum(Pudong),

Rembrandt, Vermeer and Hals in the Dutch Golden Age au Long Museum (200¥), Art+ Shanghai Gallery, Chai Living Gallery

(http://www.shanghai-accueil.com/culture-shanghai-9)…

 

 

 

Passez de Belles Fêtes de fin d’année, avec ceux que vous aimez,

où que vous soyez !

 

Françoise Maugein culture@shanghai-accueil.com